Logo

2019 05 01 feminisme1

 

 

GRÈVE DES FEMMES* / GRÈVE FÉMINISTE
Le 14 juin 2019, tout·e·s en grève!

Un peu partout dans le monde, nous assistons à un renouveau des mouvements féministes : #metoo, mobilisations pour le droit à l’avortement, contre les violences sexistes, grève des femmes* (Italie, Belgique, Etat espagnol...), etc. En Suisse aussi, le sexisme, les inégalités et les violences à l’encontre des femmes* persistent bien que l’égalité soit inscrite dans la Constitution fédérale depuis 1981.

 

 

Télécharger notre tract (PDF)

 

Les femmes ont déjà fait une grève le 14 juin 1991, dix ans après l’entrée en vigueur de l’article constitutionnel sur l’égalité. Ce jour-là, plusieurs centaines de milliers de femmes ont croisé les bras : la grève a eu lieu non seulement sur les lieux de travail, mais aussi dans les foyers. Une nouvelle grève féministe aura lieu le 14 juin 2019. Cette grève se prépare et mobilise déjà des milliers de femmes* dans tout le pays qui s’organisent dans des collectifs régionaux depuis des mois.

Un manifeste détaillant 19 des innombrables raisons de faire grève a été élaboré par les collectifs romands pour la Grève des femmes*  / Grève féministe: cf. grevefeministe2019.ch.

Parmi toutes les revendications, nous voulons particulièrement mettre en évidence celles concernant la santé des femmes au travail c’est à dire les répercussions des métiers dits «féminins» sur la santé des travailleuses qui sont trop souvent ignorées, négligées et invisibilisées. Vous trouverez plus d’informations sur ce sujet ci-dessous.

 

Santé des femmes au travail: combattre l’invisibilité!

Les métiers dits « féminins » (vente, économie domestique, soins infirmiers ou petite enfance par exemple) découlent d’une professionnalisation de tâches qui étaient auparavant réalisées par des femmes de façon gratuite et soi-disant « naturelle » et restent les plus mal payées qui existent sur le marché du travail. Les conditions de travail dans ces domaines peuvent être éprouvantes.

La répétitivité des tâches et la posture physique dans lesquelles elles sont effectuées se traduisent à moyen ou long terme par des problèmes de santé. De plus, la flexibilisation des horaires qui caractérise ces emplois, donc l’absence d’influence sur la manière dont s’organise le travail, crée un stress quotidien. Les femmes restent majoritaires dans ces emplois précaires, où le degré d’autonomie se mesure à la possibilité de renoncer à son emploi, faute de disposer de protections. Les problèmes de santé posés par cette flexibilisation sont niés par les milieux patronaux, qui répondent sans vergogne que les temps partiels sont le choix des travailleuses elles-mêmes. Ces répercussions sur la santé ne sont pas suffisamment reconnues dans le cadre des politiques actuelles de santé et d’assurances sociales et quand c’est le cas, ce sont avant tout les métiers dits masculins qui sont pris en compte.

L’enjeu pour les travailleuses est de faire reconnaître ces maux. Cela signifie dépasser l’isolement qui individualise les luttes, le sexisme qui invisibilise, et réussir à être en position de revendiquer. Cela implique aussi de réclamer des études portant sur ces problèmes de santé, et de les faire reconnaître en tant que maladie ou accidents professionnels, pour permettre une meilleure prise en charge et favoriser des mesures de prévention efficaces.

Visibilisons les répercussions du travail sur la santé des femmes!

 

 

 

PROFILS DE TRAVAILLEUSES

 

2019 03 22 santé femmes travail web1 VENTE

Dans la vente

Sans salaire minimum dans la plupart des cantons, faute d’être protégées par des conventions collectives de travail, les vendeuses sont soumises à une flexibilité horaire qui ne permet pas d’organiser son temps privé. La répétitivité des postures de travail se répercute sur la santé et les horaires génèrent un stress important. Sans jours de congé fixes, le personnel de vente ne dispose souvent de ses plannings de travail que 2 semaines en avance.

 

2019 03 22 santé femmes travail web1 HOTELLERIE

Dans l’hôtellerie

Pour un salaire minimum à 3’470 CHF, les travailleuses au poste de femme de chambre nettoient plus de 20 chambres en une journée. Être seule à préparer autant de lits nécessite une grande force et des gestes répétitifs. Les produits de nettoyage sont très toxiques et utilisés sans matériel protecteur adéquat. Le travail est mal réparti et le temps à disposition insuffisant. Les conséquences sont des troubles musculosquelettiques, respiratoires et dépressifs.

 

___________________________

 

PROCHAINS RDV

Mardi 14 mai Action Sonnons l’alarme!
12h · Bel-Air Jeudi 23 mai

Echappée féministe à vélo: Faisons du bruit et rendons visible à vélo notre mobilisation vers la grève !
17h30 · Plainpalais (Rond-Point)

 

VE 14 juin : tou·te·s en grève !

 

DÈS LE MATIN

Grève et actions sur les lieux de travail et dans les quartiers

11 h : Heure des mamans
Action symbolique simultanée dans toute la Suisse puis pique-niques et activités dans les quartiers

15 h 24 : Heure à partir de laquelle les femmes travaillent gratuitement en Suisse
2e action symbolique simultanée dans toute la Suisse puis descente depuis les quartiers vers Plainpalais

16 h — 17h : Rassemblement Plaine de Plainpalais
témoignages, prises de parole, revendications, musique, etc.

17 h : départ Grande Manifestation féministe
Soirée au parc des bastions - Musique, fête et « Bastions de l’égalité »

 

Renseignez-vous sur les RDV dans les quartiers qui se mobilisent et sur les autres rendez-vous à venir* grevefeministe 2019.ch

Des crèches seront organisées par des hommes cis solidaires qui seront aussi là pour les boissons, repas et autres actions de soutien.